Comment se permettre d’acheter une maison en 2024

À l’aube de l’année 2024, l’ambition d’acquérir une maison exige un investissement de taille pour de nombreuses personnes au Canada. Malgré une légère baisse des prix résidentiels, un rapport récent de RateHub indique que les Canadiens devront probablement disposer d’un revenu plus élevé que celui de l’année précédente pour concrétiser leur rêve de posséder une propriété.

Par exemple, à Toronto, en date de mars 2023, un acheteur potentiel avait besoin d’un revenu annuel de 217 000 $ pour pouvoir acheter une maison évaluée à 1 118 500 $, une augmentation de 6 250 $ comparé à mars 2022, même si le prix moyen d’une résidence dans la ville a chuté de plus de 200 000 $. Vancouver connaît une tendance semblable, exigeant un revenu supérieur à 200 000 $ pour pouvoir s’offrir une maison. Dans le reste du pays, ce revenu annuel requis varie de 75 000 $ à 170 000 $.

En gardant ces chiffres à l’esprit, voici quatre considérations stratégiques qui pourront à éclairer votre parcours vers l’accès à la propriété en 2024.

  1. État de préparation financière: Commencez par l’évaluation de votre capacité financière : établissez le portrait précis de vos antécédents de crédit, de votre niveau d’endettement et de vos économies. Profitez d’outils comme le calculateur hypothécaire pour l’estimation des coûts et déterminez les secteurs où vous devez améliorer votre situation financière.
  2. Options et taux hypothécaires: Explorez les diverses options hypothécaires offertes au Canada en tenant compte des prêts hypothécaires à taux fixe et de ceux à taux variable. Demeurez au fait des tendances du marché et demandez conseil auprès de professionnels afin de prendre des décisions éclairées.
  3. Budgétisation judicieuse: Il est essentiel de budgéter de façon efficace, peu importe où vous habitez. Établissez un budget détaillé qui tient compte de vos objectifs en matière d’immobilier pour vous aider à gérer vos dépenses et économiser pour votre mise de fonds. N’oubliez pas les frais supplémentaires liés à l’achat d’une propriété, comme l’inspection de la propriété, les honoraires d’avocat et les réparations, qui s’ajouteront à votre offre.
  4. Réalités régionales: Apprenez à discerner les nuances régionales qui influencent le degré d’abordabilité d’une maison. Malgré la baisse des prix résidentiels moyens, le rapport RateHub souligne la nécessité de revenus annuels plus élevés à Toronto et Vancouver. Adaptez votre stratégie financière aux conditions spécifiques de votre localité de choix et envisagez de déménager dans une région plus abordable.